Les missions de prévention entrent dans le quotidien du pharmacien


Depuis la crise Covid-19 et son rôle en première ligne, le pharmacien a vu ses missions s’élargir en matière de prévention et d’accès au soins. Véritable relai de santé publique au coeur des territoires, ses nouvelles missions demandent une forte capacité d’adaptation dont la rapidité de mise en place a été félicitée par le GERS (Groupement pour l’Elaboration et de la Réalisation de Statistiques).


Un rôle majeur dans l’extension de la couverture vaccinale

La nouvelle convention pharmaceutique entrée en vigueur le 7 mai 2022 plaçait la prévention au coeur des missions de santé publique du pharmacien, lui qui jouit d’un rôle d’animateur territorial et sociétal de santé. En effet, si en 2019, 25% des vaccins contre la grippe étaient administrés dans les officines, ce sont aujourd’hui plus de 50% qui sont pratiqués en pharmacie. Cette nouvelle habitude prise par les consommateurs a eu pour effet d’étendre la couverture vaccinale de la population car se rendre en pharmacie pour se faire vacciner ne nécessite pas toujours une prise de rendez-vous, et offre souvent une disponibilité plus rapide que chez un médecin traitant.


La relation de proximité aux patients, la clé de la réussite des missions 

Son rôle est de favoriser l’amélioration ou le maintien de l’état de santé des personnes : depuis quelques temps les pharmaciens peuvent déjà accompagner les patients sous anticoagulants oraux, les patients asthmatiques traités par corticoïdes inhalés, les personnes âgées polymédiquées ainsi que les patients sous anticancéreux oraux. Cet accompagnement s’effectue sous la forme d’entretiens pharmaceutiques formalisés.

Ils sont également impliqués dans l’aide à l’arrêt du tabac, la prévention des IST, l’accompagnement des femmes ayant recours à la contraception ponctuelle d’urgence, la prévention des risques liés aux fortes chaleurs, le repérage des personnes à risque de diabète,…

A lire aussi : pharmacie: une patientèle plus jeune et plus exigeante

Selon le Comité d’éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française (Cespharm), leur place est privilégiée de par :

  • Leur proximité géographique (plus de 22 000 pharmacies sur tout le territoire;
  • Leur accessibilité et leur disponibilité sur de longues plages horaires;
  • leurs contacts fréquents avec le public : 4 millions de personnes franchissent chaque jours les portes des officines;
  • Leur connaissance globale du patient (contexte familial et socioprofessionnel, contact avec l’entourage, historique médicamenteux…);
  • Une relation de confiance instaurée avec le patient
  • Leur crédibilité auprès du public en tant que professionnel de santé;
  • Leur formation à la fois scientifique et professionnelle.

leur implication a également été demandée dans la distribution du kit de dépistage du cancer colorectal : en quelques mois le taux de pharmacies proposant le kit a triplé pour atteindre en février dernier 60%. Le taux de personnes réalisant le test est également très élevé, ce qui met en lumière une qualité d’échange et de conseil lors de la distribution du kit qui pousse le patient à réaliser une fois seul chez lui le test.

Les réussites observées de ces missions entrées dans le quotidien du pharmacien poussent à leur en confier davantage. C’était déjà le cas lorsqu’ils ont été responsable de la réalisation des tests Covids antigéniques lors de la crise, transformant le métier en y intégrant plus d’actes médicaux. 

Paymed

Des solutions adaptées aux problématiques d’encaissement des honoraires des professionnels de santé et à l’exercice libéral.

Paymed, l’alternative libérale.